Note: Les champs obligatoires sont signalés par
Mot de passe oublié ? Faire une demande de compte »

Futurs Matisse, Miro, Calder

REF EK196288 EAN 9782711862887

 Futurs Matisse, Miro, Calder

Déplacez la souris sur la photo pour zoomer
Futurs Matisse, Miro, Calder

Au XXe siècle, l'avènement de la science et son emprise dans l'industrie, la technologie, l'architecture, des moyens de transport, a inspiré nombre d'artistes et ouvert leur imaginaire. Par voie d'anticipation et d'évasion les représentations artistiques véhiculent une esthétique visionnaire, imaginant ce que pourrait être le futur ou ce qu'aurait pu être le présent.

L'exposition rend compte de l'intérêt des artistes pour les innovations dans les domaines de l'architecture, de la robotique et de l'imagerie spatiale. Elle aborde un cheminement ascensionnel à partir de trois titres fondateurs de la littérature et du cinéma, de la ville utopique dans Metropolis, au monde robotisé de La guerre des mondes, pour s'échapper dans le cosmos de L'odyssée de l'espace.

Les nouvelles villes deviennent le théâtre de scènes futuristes (Giacomo Balla, Dynamisme d'une automobile). Artistes et architectes les transforment en métropoles de gratte-ciel ou inventent des architectures (F. Léger, Echafaudage ; Malevitch, Gota).
Parallèlement, un regard critique prédit les désenchantements de l'entre-deux-guerres (Paul Citroën, Metropolis), ou les représentations anthropomorphes des machineries industrielles (Carl Grossberg, La salle des machines).
Les recherches sur la robotisation réduisent l'homme à l'état de machine (Victor Brauner, Prestige de l'air ; Konrad Klapheck, Le monde du mâle).

L'engouement pour ces récits fantastiques, sur fond de conflits planétaires, s'affirme dans les années 1950 pour prendre la forme d'une métaphore de la guerre froide qui a abondamment influencé les artistes jusqu'à nos jours (Yves Klein, Rocket pneumatique ; Erro Science-fiction scape).
Aussi, la conquête spatiale relève tout autant de l'astronautique que de l'imaginaire (Enrico Prampolini, Scaphandrier des nuages). Ces projections rétablissent dans les années 1960 la confiance dans le progrès et offrent de nouvelles perspectives. Les artistes pop et de la Figuration narrative célèbrent cette extraordinaire médiatisation de la « nouvelle frontière ». (Martial Raysse, Portrait de Gordon Cooper ; Bernard Rancillac, La fiancée de l'espace).

Avec une centaine d'œuvres, l'exposition retrace à travers les grands mouvements artistiques du XXe s les liens et les influences unissant l'art avec la science, la littérature et le cinéma, entre réalité et fiction.

Ill: Max Ernst, Le Monde des naïfs (détail), 1965, 116,5 x 89,5 cm, huile sur toile et perforations, Centre Pompidou,

Format
22 x 28 cm
Nombre de pages
208
Nombre d'illustrations
180
Façonnage
Broché
Date de parution
mai 2015
Editeur
Rmn
Diffuseur
Flammarion
Musée
Paris - Réunion des musées nationaux- Grand Palais, Marseille - Musée d'archéologie méditerranéenne - Centre de la Vieille Charité
Thèmes
Abstraction, Arts, Sciences, Techniques, Civilisations, Histoire de l'art
Courants artistiques
Art moderne et contemporain, XXème
Artistes
Joan Miró (1893-1983), Henri Matisse (1869-1954)
Langues
Français
imprimer